The long way up, un mauvais trip écologique ! 1/2

Dernière mise à jour : 14 oct. 2020


Voici un petit retour d'avis sur le documentaire événement d'Apple tv + , c'est évidement The Long way up ! Qui est un road trip de 22000 km effectué par deux amis, Charley Boorman et Ewan McGregor. Ils ont déjà fait une série de documentaires comme "Long Way Dound (2004)" "Long Way Down (2007)" et ils se retrouvent une dizaine d'années après pour "The long way up" tourné en 2019.



Ils partent donc en Amérique du Sud pour rejoindre les États-Unis en Harley-Davidson électrique. C'est la fameuse LiveWire avec 105 chevaux, 116 Nm qui n'était pas encore commercialisée à l'époque. Aujourd'hui vous pouvez la retrouver en concession pour 34,000 € seulement.


D'ailleurs vous pouvez retrouver un live sur le comparatif de la LiveWire et de la Zero Motorcycles SR/F que nous avions tourné lors de l'arrivée de la H-D en France.



Ils vont donc traverser 13 pays à moto, entre l’Argentine, le Chili, puis la Bolivie, le Pérou, l’Équateur, la Colombie, jusqu’aux pays d'Amérique Centrale et enfin le Mexique.


C'est un gros road trip à moto entre potes qui vont avoir la chance de pouvoir être assistés par deux prototypes de Rivian, un 4x4 électrique . Petite parenthèse sur le 4 roues, Rivian a été fondé en 2009 en Floride. Le nouveau constructeur automobile prévoit le lancement de deux modèles électriques, un SUV en 2021 et un pick-up fin 2020. Le Rivian R1T dispose de quatre moteurs, positionnés un par roue, permettant d'obtenir une transmission intégrale. Ces moteurs électriques fournissent chacun 147 kW (200ch), comptez entre 70,000 dollars et 100,000 dollars pour l'acheter.

L'entreprise Rivian commence la construction de sont usine et des premiers modèles


On se rend compte déjà que ce n'est pas le petit road trip organisé vite fait bien fait ! Mais une mise en avant de futurs produits haut de gamme pas encore sur le marché à la date du tournage. Que cela soit pour la voiture ou la moto.


Pour l’organisation, les deux Rivian iront toujours rejoindre les motards aux frontières pour les laisser « seul » durant l'aventure. Mais ce n'est finalement pas uniquement en véhicules électriques que le documentaire se déroulera ! Et oui... cela aurait été trop beau !


Il n'y a pas que deux motos et deux voitures électriques, on retrouve un van type "Sprinter" qui sert de support technique et qui est doté de deux gros panneaux solaires pour recharger les batteries des véhicules. De plus on voit aussi une moto thermique pour la captation vidéo des deux Harley ! Donc mine de rien ça commence à faire beaucoup pour un road trip qui est à la base fait avec "seulement" deux motos électriques.


Une moto et un van thermiques accompagnent le cortège électrique

Ce qui me pose problème et c'est pour cela que je voulais le partager ici, c'est de surfer sur une vague écolo/green sous prétexte que le projet est basé sur des deux roues sans émissions. Alors qu’au final... On est très loin du compte sur le bilan carbone de cette expédition. Et surtout le plus important l'image renvoyée ne correspond pas à la réalité !


On voit bien que Ewan McGregor prône le vert et l’écologie avec son installation chez lui à son domicile visible au début du reportage. Donc c'est 100% électrique avec de l'énergie solaire et sa voiture a bien sûr subi un rétrofit ! On se prend une bonne dose de promesse pour un voyage vert, sans émission de carbone et respectueux de l'environnement. C'est l'avenir ! On ne peut être que d'accord avec cela ! Mais c'est là que ça coince...


Mise en scène après avoir déménagé un canapé


En fait, ils n’auraient pas insisté sur ce point là, le road trip aurait gardé plus de sens. À trop vouloir passer un message écologique, celui devient forcement présent tout au long de l'aventure et on devient forcément pointilleux sur tous les faits et gestes. Cela rend inévitablement critiquable les écarts de conduite qui n’iraient pas dans le sens d'une expédition verte . Et du coup leur discours sonne complément faux quand ils parlent de bilan carbone ou du bien de leurs actions. Le mieux aurait été de n'avancer aucune promesse sur le road trip et de faire comme à leurs habitudes.


L'expérience électrique, enfin d'un voyage en électrique, reste quand même de pouvoir se charger un peu partout avec les installations présentes. Dans la série on se rend compte que le problème de traverser des pays sans d'infrastructures pour les charges des véhicules devient compliqué, limite insurmontable. À croire que tout le continent s'éclaire à la bougie.

Mais il y a une solution simple trouvé pour l'expédition, c'est installer de nouvelles bornes sur le tracé.

150 bornes de recharge sur le tracé prévu afin de faciliter l’expédition.


Cela représente une borne tous les 130km. Bon, le problème est contourné facilement grâce à Rivian qui va se charger de gérer l’installation ! Finalement c'est quand même sympa car cela va profiter aux voyageurs suivants et aux habitants des villages alentour. Par contre pour la maintenance, je ne suis pas convaincu du suivi .


On apprend aussi qu'en plus des deux motos, des deux 4x4 électriques, du van et de la moto thermique, qu'une voiture repère le tracé avant que les deux amis ne partent en expédition. Le voyage perd de plus en plus "l'essence" même d'un road trip vert !


Des nouvelles du véhicule de reconnaissance avant le départ


Tout ce petit monde arrive de trois endroits différents et la méthode la plus simple pour regrouper le cortège à Ushuaia est de prendre l'avion. Ils ne le cachent pas dans leur film. Les Rivian viennent de Los-Angeles, les Harley de Detroit et toute l’équipe de Londres. Sacrées logistique et préparation pour acheminer tout le matériel qui vient juste d'être terminé dans les temps pour commencer au plus vite le tournage.


Rivian arrive à terminer les deux premiers véhicules de son histoire ! La Rivian 1 et 2 de sa production avec quelques modifications. Pour Harley Davidson, les préparateurs ont terminé sur leurs temps libres et ont fait beaucoup d'heures supplémentaires (moment émotion sur les mécaniciens complétement dévoués à la cause).


A peu près 35 000 Kilomètres sur le total des trois avions pour cette aventure


L'organisation de cette "aventure" est donc très, trop bien menée et le monde qui travaille autour ne nous met pas dans l'ambiance d'un périple plein d'imprévus et d'une arrivée incertaine. Le côté pionnier du road trip vire au parcours Club Med avec des G.O toujours présents pour répondre aux attentes des stars.

A Londres avant le départ l'équipe de production s'affaire et organise le voyage.


Pour terminer en beauté, la production sort son joker quand les motos n'arrivent plus à se charger. Je vous le donne en mille, c'est un groupe électrogène monté sur un camion avec tout le système pour pouvoir brancher en combo CCS.


Dans le documentaire ils l'introduisent avec un coup de fil pour se faire dépanner. Cela sous-entend donc une intervention de dernière minute. Mais le camion semble bien organisé avec du matériel performant. Je ne suis pas sûr que c'est le garage du coin qui a sorti cela en moins de quelques heures. En fait c'est simple, on le voit prendre le ferry plus loin dans l'aventure avec toute l'équipe et donc on se doute que le camion les suit tout le long du voyage.


Le camion équipé pour les recharges avec un groupe électrogène

De plus on voit bien les chargeurs supplémentaires intransportables sur un deux roues qui permettent de réduire le temps de charge sur les wall box installées par Rivian.

Le système B avec des chargeurs supplémentaires bien trop encombrants pour deux motos


Pour un projet de voyage avec seulement deux motos électriques et des promesses d'un monde meilleur, le documentaire nous propose un bilan carbone très lourd et des arguments pour les plus septiques aux véhicules électriques. C'est très dommage car cela ne reflète pas la réalité du voyage en moto électrique malgré les bons moments et belles images.


Mais la mise en avant de Harley-Davidson et de Rivian nous montre bien la dure réalité ! Celle de la promotion et de la réussite du projet, peu importe si cela va à l'encontre du discours écologique.


Vous pouvez retrouver la suite de mon avis sur le deuxième article:

The long way up, ou comment mal promouvoir la moto électrique !