Rouler en moto électrique avec des thermiques

Mis à jour : 6 oct. 2020

Moi qui m'attendais à me faire virer du groupe à peine arrivé... Et non ! L'esprit motard est bien là et encore vivant. Il y aura sûrement quelques réfractaires et de petits coups de froids entre certaines personnes. Mais dans tous les cas, j'ai toujours été super bien accueilli. Il est vrai que sur internet et surtout sur les pages dédiées aux articles de moto électrique, les commentaires sont violents et très réfractaires. La discussion n'est pas possible sur la toile et les arguments bateaux reviennent sans cesse. Mais dans la vraie vie, l'acceptation est toute autre !



En général cela se passe toujours de la même façon. Si vous arrivez seul sur le lieu de rendez-vous avec déjà quelques motos présentes, la stupéfaction est assez palpable. Un silence de plomb se rajoute à celui de votre moto qui parcourt les quelques mètres restant pour se garer correctement à côté des autres participants. Un peu comme dans un western spaghetti les regards se croisent et le temps semble s'être arrêté. Chaque geste semble prendre une éternité, sortir la béquille, retirer la clé du contact, enlever les gants et le casque... Pourtant, ce n'est pas la dernière ZH2 full carbone. Les formules de politesse s'échange, les questions arrivent les unes après les autres et l'atmosphère est bien plus détendu.


Finalement, un motard ça ne mord pas ! Bref, l'acceptation a toujours été facile malgré l'effet de surprise assez inattendu et je remercie encore les participants pour leur ouverture d'esprit.



Évidemment cela va déplaire à certains, mais si vous choisissez bien votre groupe pour les balades, celle-ci se passera sans aucune animosité. J'évite tout de même de trop détailler la machine et d'argumenter toujours plus. La base d'une balade c'est de rouler ensemble et non de vendre sa machine. J'essaie donc d'écourter au maximum et de rebondir sur les motos des autres participants. Je comprends tout à fait les gens qui sont présents ici et qui pour eux l'idée de faire une balade à moto ne doit pas se transformer en discutions centrée sur l'électrique. Donc, de la retenue !



C'est parti ! Les moteurs des motos s’allument uns à uns et les vitesses claques pour lancer les deux roues. Pour mon cas un simple petit tour de poignet et me voila en début de cortèges.


C'est toujours un plaisir de retrouver des sensations ou d'en découvrir de nouvelles ! Les moteurs qui ronronnent, les pots qui claquent, les odeurs de combustion qui viennent se coller sur votre casque encore vierge de cette substance. C'est sûr que pendant un moment on se demande si notre moto E n'est pas en phase de puberté et se sent muer ou pire/mieux... pousser un pot...




Le plaisir est donc bien présent et le roulage ne peut être que du plaisir. À noter tout de même que la conduite à adopter doit être différente. Le frein moteur étant fort et le feu stop ne s'allume pas quand vous lâchez les gaz. La surprise peu-être contraignante pour ce lui qui se trouve juste derrière vous. Je ne conduis donc pas de la même façon avec un groupe de motard que tout seul. Je laisse moins couler ma moto et anticipe moins. Avant un ralentissement, de petits coups de frein me permettent de prévenir derrière quand j'utilise ma régénération moteur.


Le côté moins agréable est quand même la gestion de la batterie, les yeux rivés en permanence dessus, l'esprit est quand même occupé par la notion d'autonomie restante.

Il va falloir user de subterfuge pour pouvoir se recharger 45 minutes pendant la pause café ou visite. Demander à un bar, chercher une prise sous la halle du marché... Généralement la moto se détache du groupe pour faire quelques mètres en direction d'une oasis de watt !





Drôle pour certain, moqueur pour d'autre, ce moment où tout le monde est assis se transforme en mini sketch en noir et blanc. Sans parole le motard à la "grosse pile" déballe des mètres et mètres de rallonge pour recharger sa "brique". Personnellement, je ne m’arrête pas au jugement des autres et donc cela ne me pose pas de problème et d'ailleurs des liens se font avec les patrons des bars qui jusqu’à maintenant n'avaient jamais accueilli de moto E et doit faire passer une rallonge sur le comptoir pour la brancher à coté de la machine à café.



Une fois l’arrêt aux stands terminé et les rallonges remballées, la joyeuse troupe repart pour faire le chemin inverse. Mais tout peut basculer ! Si l'estimation d'autonomie est bonne pas de problème mais si c'est l'inverse.... Il va falloir opter pour un retour en solo sur le moins de kilomètres possible ou terminer les derniers en mode tortue (une fois la ligne d'arrivée franchie et les au-revoir faits ) Cela n'est pas un scoop, en électrique vous n’avez pas une liberté de mouvement comparable à une thermique qui trouvera toujours une station essence.



Si l'on connait bien sa machine, il n'y a pas de soucis pour participer avec d'autres motards et la majorité des balades du week-end se situent entre 150 et 200km, ce qui est réalisable avec les motos E du marché. Il faut seulement faire attention au rythme pour ne pas être tout le temps poignet à fonds... Pour des sorties très dynamiques il est clair qu'il va falloir bien calculer son coup. Mais pour des sorties à un rythme modéré cela ne posera pas de problème.